Elsa : des nouvelles et des photos 2

Nouvelles et photos - Liste de naissance : http://brindilles.fr/liste89442100.html

Adelian

19 mars 2011

Gaz de Schiste, dans le jura aussi ! Aie !!!

Citations d'articles de François Mandil

http://francoismandil.eelv-cantonales.fr/category/actualites/


Gaz de schiste dans le Jura : la vigilance s’impose

Depuis la révélation que j’avais faite de l’existence des permis d’exploration dans le massif accordés à la société Celtique Energie, la nouvelle a fait du bruit et l’information s’est relayée à grande vitesse. C’est le risque lorsque certaines entreprises, soutenues par le gouvernement, veulent jouer l’opacité. La terrible situation actuelle du Japon en apporte une nouvelle illustration : rien ne vaut la transparence.

La découverte de ces permis a été faite par des coopérateurs d’Europe Écologie les Verts et ce sont ces mêmes coopérateurs et moi-même qui avons approfondi les recherches. Un premier réseau se met en place et nous sommes nombreux à souhaiter la mise en place d’un large collectif franc-comtois de défense.

Qui est Celtique Énergie ? (ou Celtique Petroleum suivant les situations) : il s’agit de la plus grosse compagnie minière (charbon) du Pays de Galles. Elle cherche du gaz naturel contenu dans le charbon (en anglais CBM pour Coal Bed Methane), dont on pense qu’il est abondant à grande profondeur dans le Jura. C’est cette société qui a déjà effectué des sondages en Suisse, notamment dans le Val de Travers mais n’a rien trouvé de concluant.

Il se trouve que, désormais, les progrès techniques permettent donc l’exploitation de gaz emprisonné dans les roches profondes, et non plus seulement, les nappes de gaz. Il s’agit de cette technique de “fracturation hydraulique” qui consiste à injecter à très haute pression des millions de litres d’eau accompagnés de produits chimiques et de sables pour casser la roche en profondeur. Chaque puits peut être fracturé entre 15 et 20 fois, chaque fracturation consommant entre 7 et 28 millions de litres d’eau. Environ la moitié de ce volume est récupérée, l’autre moitié percole dans le milieu géologique jusqu’aux nappes phréatiques. Quant au gaz libéré par la fracturation, tout n’est pas récupéré et une partie s’échappe … Avec la fracturation hydraulique, un puits produit parfois plus de 4 millions de litres d’eaux usées qui contiennent souvent des sels hautement corrosifs, des cancérogènes comme le benzène et des éléments radioactifs comme le radium, tous pouvant être présents naturellement à des centaines de mètres sous le sol.

Quel est le risque dans le massif du Jura ? : Il semble que ce risque soit faible. Les potentialités ne sont pas énormes, avec des gisements relativement profonds (entre 2 et 3000 mètres de profondeur). Certes Celtique Énergie a déboursé 1 million d’€ pour obtenir ces permis d’exploration mais quand on sait que le creusement d’un seul puits pour un simple sondage revient à près de 15 millions d’€, on relativise la dépense faite par cette compagnie. En fait, il s’agit surtout pour elle d’avoir la haute main sur un territoire car ces permis garantissent l’exclusivité. Il est peu probable que de l’exploitation soit entreprise à court terme dans le massif.

La vigilance s’impose malgré tout car s’il est légal qu’on ne fasse pas d’information publique au stade du permis d’exploration puisqu’il ne comporte pas de travaux, le code minier impose une enquête publique au moment des autorisations de travaux, or une ordonnance passée en douce en janvier 2011 sur la “modernisation” du code minier et rédigée par le lobby pétrolier a adouci ce code minier !

A nouveau, l’exploitation du gaz de schiste pose trois problèmes majeurs à mes yeux :

* Celui du déni démocratique, de l’opacité. Comment peut-on tolérer que des entreprises pétrolières puissent s’arroger 10% du territoire français sans que même les maires soient au courant ?

* Celui bien sûr de la protection de l’environnement.

* Celui enfin de refus de regarder la réalité en face : l’urgence est de trouver comment stocker du carbone, comment se passer des hydrocarbures, or face à la diminution des ressources, on investit massivement dans une technologie couteuse pour aller exploiter de nouveaux gisements, pour extraire du CO2 au lieu de le stocker. Le gaz naturel issu du gaz de schiste a une proportion plus grande de méthane que le gaz naturel conventionnel et contribue donc encore plus au réchauffement climatique, avec des effets pires que le charbon et le pétrole!

L’exploitation du gaz de schiste est un problème mondial. Si le massif du Jura est aujourd’hui de façon beaucoup moins directe que l’Ardèche ou d’autres régions de France, cela ne doit pas freiner la mobilisation.

Je convie les associations écologistes, les citoyens, à se mobiliser et à mettre en place un collectif local contre les gaz de schiste, car ni ici, ni ailleurs, nous ne pouvons accepter cette recette du passé !

Gaz de Schiste, non merci !

 

Gaz de schiste : ces contrats existent bien !

France 3 Franche-Comté a diffusé ce mercredi un reportage sur les permis accordés à “Celtique Énergie”. M. Dussouillez, président UMP de la communauté de communes de Frasne – Drugeon, a mis en doute l’existence de ces contrats, avec un argument imparable : un personnage de son importance n’a pas été mis au courant, c’est donc que ces contrats n’existent pas.

Je suis au regret de rappeler à M. Dussouillez que tous les élus locaux dont lui, ont été tenus à l’écart de ces contrats, dans toute la France.

La société Celtique Énergie a bien obtenu deux permis d’exploration qui couvrent toute la chaine jurassienne.

Vous pouvez le télécharger ici : Permis de Pontarlier – jura_ gaz – Journal officiel

Le contrat des Moussières : http://textes.droit.org/JORF/2008/03/14/0063/0009/

 

Gaz de schiste dans le Haut-Doubs : des contrats d’exploration signés dans le plus grand secret

Plan des opérations prévues sur le Haut-Doubs

Plan des opérations prévues sur le Haut-Doubs

Top Toarcian Maturity

Operations in Pontarlier, France

 

Tout avait été fait pour que nous restions dans l’ignorance. Il ne fallait pas que les citoyens soient au courant. Les maires des communes n’ont pas été prévenu.
Pourtant l’année dernière, Jean-Louis Borloo, alors ministre de l’écologie a accordé des contrats d’exploration à des compagnie pétrolière sur un dixième de la surface du pays. Il a modifié le code minier pour assouplir la législation sur la protection de l’environnement et pour maintenir au secret les résultats de ces explorations.

Qu’est-ce que ce « gaz de schiste » ? C’est un gaz naturel emprisonné dans la roche profonde. Jusque récemment, nous n’étions capable que d’extraire du gaz de poches naturelles mais désormais les compagnies pétrolières sont capables d’aller le récupérer dans la roche. Pour cela, il faut « fracturer » ces couches rocheuses, injecter dans des puits de forage des millions de litres d’eau accompagnés d’un intense cocktail de produits chimiques. Cette technique, très chère, est particulièrement polluante. Elle est utilisée depuis plus de deux ans maintenant aux États-Unis et au Canada et c’est déjà une catastrophe écologique : les nappes sont polluées, l’eau du robinet est chargée en gaz et produits chimiques …

Cliquer ici pour lire un article de Rue 89 pour expliquer l’extraction des gaz de schiste

Ce sont donc les écologistes d’outre-Atlantique qui, les premiers ont dénoncé ce scandale écologique. Ce sont les écologistes en Europe qui montent au créneau et notamment José Bové.

En France, c’est Jean-Louis Borloo qui a accordé des contrats juteux en toute opacité. Saviez-vous qu’à tout moment, l’entreprise « Celtique Energie » peut venir forer à 2000 mètres sous le Laveron pour venir y faire des tests ? Les maires des communes eux-mêmes ne sont pas au courant ! Pourtant, c’est bien le cas ! Je vous invite à aller regarder par vous-même le site internet de cette compagnie :

http://www.celtiqueenergie.com/operations/france/jura/map_pontarlier.html

Cette affaire de gaz de schiste est scandaleuse à plusieurs titres :

C’est tout d’abord un déni de démocratie. Le gouvernement et les compagnies pétrolières veulent passer coûte que coûte et le moyen le plus efficace, c’est la discrétion. Pour cela, c’est raté grâce à la vigilance des écologistes. Malheureusement, le gouvernement s’est déjà engagé, en notre nom !

C’est ensuite un danger insupportable. L’exploitation de ce gaz souterrain est particulièrement dangereuse et polluante. Comme si la ressource en eau dans notre pays karstique n’était pas déjà en piteuse état. Après les plans d’épandage pas respectés, les communes ne respectant pas la loi sur l’assainissement, les canons à neige, voici que débarquent les gaz de schiste, avec ses forages, ses explosions souterraines, ses cortèges de camion, ses millions de litres d’eau injectés à très haute pression mélangé à des produits chimiques hautement toxiques.

Enfin, le principe même de cette exploitation va à l’encontre du bon sens. Quel est l’avenir ? A quoi devrait-on mettre notre énergie ? A trouver des énergies renouvelables et à se passer des hydrocarbures qui provoquent de l’effet de serre et les changements climatiques ! Au lieu de cela, on continue à volontairement ignorer le danger et on va sortir de la terrer de nouvelles causes d’émissions de gaz à effet de serre. Au lieu de trouver comment stocker le CO2, on le déterre !

A qui profite le crime ? Comme toujours, à quelques profiteurs, aux actionnaires des grandes compagnies pétrolières et à ceux qui leur obéissent.

Madame, Monsieur, qui d’autre que les écologistes peuvent combattre ce lobby ? Qui d’autre peut vous défendre et défendre notre santé, notre canton ? Le vote écologiste n’est plus seulement une urgence, c’est une évidence !


DANGER – Gaz De Schiste. 1/7 (Doc CHOC)
envoyé par kodemon2. – Plus de vidéos de blogueurs.

Posté par elamoise à 13:10 - Elsa et Arnaud - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    non au gaz de schiste

    Posté par ravat, 09 avril 2012 à 21:41
  • non au gaz de schiste

    Posté par hylobe, 06 janvier 2013 à 19:07

Poster un commentaire